L’actualité de Julian Babou bourgeonne

Crédit photo : Pierre Campistron

Son album s’appelle “Les Fleurs”, peut-être parce qu’elles sont aussi belles et fragiles que l’inspiration artistique…

Sorti ces dernières semaines, celui-ci est le fruit d’un défi artistique lié au confinement avec, comme idée de départ, le mixage sur une table en 8 pistes pour l’envoyer en K7. Finalement, la praticité de l’ordinateur l’a emporté mais Julian a utilisé la K7, pour donner une couleur à certaines pistes, n’utilisant également qu’un seul micro pour les prises de batterie, limitant ainsi les possibilités d’édition. 

Dans cette “Face A”, sortie en numérique, il mêle ses sentiments vagabonds tour à tour en créole, en français et en anglais. Douces et chaudes, les mélodies sont accrocheuses et la mélopée de Pipangaï pourrait presque nous rappeler un certain Sébastien Tellier…

Nul doute que le bassiste électrique originaire de l’île de la Réunion saura faire parler de lui en 2024. En tant que projet musical lauréat de la Villa Albertine (institution française au service des arts, basée aux Etats-Unis), Julian Babou s’apprête à voyager aux côtés de Sonny Troupé de la Nouvelle Orléans à Puerto Rico en passant par Miami, pour une résidence d’exploration s’intéressant aux frictions des traditions latino-caribéennes avec l’industrie américaine et ses formats.

À son retour, Convivencia, partenaire français de cette belle aventure, organisera Jam Sessions et Workshops au Taquin et à Music’Halle, invitant également Etienne Charles, trompettiste américain de talent, ici à Toulouse.

Affaire à suivre pour les amateurs.trices de jazz…

C'est en lisant sa bio Insta, que vous comprendrez les centres d’intérêt de notre rockeuse dans l’âme : "We need Art | Music | Books | Travels | & Good Food ». Très impliquée dans la scène locale, Vanessa est l’un des piliers (pas que de comptoir) de notre équipe !